Le potentiel de créativité de l’IA

La créativité est ce qui caractérise l’intelligence humaine. C’est l’humain qui réfléchit, de par ses compétences, ces convictions, ces besoins, sa conscience ainsi que ces émotions qui liés à sa personnalité.

C’est ce qui nous différencie de l’intelligence artificielle, ou du moins c’est ce qui nous différenciait. Pourquoi donc parler au passé lorsqu’on sait qu’une machine est incapable d’avoir une consciente et donc de ressentir des émotions, elle ne fait que simuler et calquer ce comportement humain.
Si celle-ci n’égalera jamais l’intelligence de l’homme (pour aujourd’hui en tout cas), l’IA commence à obtenir cette capacité de création. En effet, l’IA est entrain de conquérir le monde de l’art et du design. Elle a un réel potentiel de créativité. Ce sont les concepteurs de voitures qui travaillent avec cette dernière. Dans cet article nous nous intéresserons donc au design auto aidé par l’IA chez BMW.
L’IA est arrivée il y a bien longtemps, surtout dans la conception de produits et donc l’expérience utilisateur est essentielle. Des meubles, des vélos, ou des drones sont créés par ordinateur. C’est un design génératif, ou une création numérique.
L’ordinateur n’est plus aujourd’hui une machine passive mais aident les designers et les ingénieurs.

Une intelligence qui offre de nouvelles perspectives.

Ce design génératif est donc en train de se frayer un chemin dans le design automobile et industriel. L’équipe d’Holger Hamps, président de DesignWorks la filiale de BMW, utilise le design génératif afin de concevoir de nouvelles jantes ou encore des sièges pour différentes applications. Ceci est très important pour l’expérience utilisateur encore une fois, car l’utilisateur est la dernière étape de la création.
Le designer reste le chef d’orchestre, alors que l’IA aide à être efficace au développement de nouvelles conceptions. L’IA offre donc de nouvelles perspectives et commence son processus de conception. Elle prend de jour en jour de l’importance mais n’égalera pas la créativité humaine, la créativité du designer, car l’IA ne détient pas l’émotion de l’humain qui lui permet de laisser sa tête et son cœur s’exprimer dans son travail pour servir au mieux l’expérience utilisateur.
L’IA se charge de créer de l’espace et du temps pour le véritable travail des designers, et ce dernier se charge de l’expérience utilisateur et donc de cette expérience émotionnelle. Seul un designer qui éprouve une passion pour son objet saura se charger de cela.