On ne sait que penser des géants américains du software et du hardware qui brillaient par leur absence au CES 2018. Des entreprises majeures comme Tesla ou Apple n’avaient pas daigné faire le déplacement. Cela a eu pour effet de faire la part belle à des sociétés en pointe de l’innovation comme NVIDIA mais surtout aux start-up venues de France qui ont su prouver leur force d’ innovation.

Des géants de l’industrie totalement invisibles

Il est pour le moins confondant de constater que des géants de l’industrie des nouvelles technologies n’avaient pas répondu présents à la grand-messe qu’est le Consumer Electronic Show.
Peut-être que ceci peut s’expliquer par les turbulences qu’elles doivent affronter assaillies qu’elles sont par des start-up plus agiles qu’elles et plus promptes à maîtriser des technologies disruptives. Elles ont également leurs problèmes internes intimement liés à une croissance effrénée pas toujours maîtrisée et des problèmes avec les administrations fiscales partout sur le globe. Tesla peine à produire assez d’exemplaires de son nouveau modèle et doit gérer son succès aérospatial. Apple subit de plein fouet la décrue mondiale des ventes de mobiles et tout comme Google, qui commence à pâtir de sa position ultra-dominante sclérosante, la firme de Cuppertino voit ses schémas d’optimisation fiscale fortement contestés. Quant au géant de la recherche en ligne, également éditeur de TensorFlow et propriétaire de DeepMind il a dû se résigner à fermer son stand après des inondations non maîtrisées.

Une place libre pour les tenants de l’ innovation, surtout français

Cette absence remarquée fait quand même le bonheur de certains.

NVIDIA, par exemple, brocardé par la presse spécialisée pour son manque d’annonces, a quand même révélé de nombreuses alliances, notamment avec Uber. Elles risquent de renforcer sa position de leader sur le hardware spécialisé dans l’intelligence artificielle dont une branche, l’apprentissage machine propulsé par les GPU maison, va générer plus de 50 milliards de dollars de revenus annuels d’ici moins de 5 ans. D’ailleurs ses derniers résultats financiers mirobolants parlent d’eux-même.

Les grands gagnants de cette édition 2018 du CES restent les start-up françaises. La France, en alignant 360 exposants et 274 start-up dans l’Eureka Park, a joué jeu égal avec les USA qui ont mis en avant 280 start-up. C’est vraiment le signe que l’innovation se porte bien chez nous, surtout en ce qui concerne l’intelligence artificielle. Pour preuve, Facebook double ses investissement sur le territoire national pour renforcer sa position dans ces disciplines conduites de main de Maître par leur innovateur en Chef le français Yann le Cun.